Accéder au contenu Cybermalveillance.gouv.fr Assistance et prévention du risque numérique

1. Qu’est-ce que le GIP ACYMA ? 

Une volonté gouvernementale de répondre aux besoins des populations

Le Groupement d’Intérêt Public Action contre la Cybermalveillance (GIP ACYMA) est issu de la Stratégie numérique du Gouvernement présentée le 18 juin 2015 et dont les objectifs ont été ensuite détaillés dans la Stratégie nationale pour la sécurité numérique publiée le 16 octobre 2015.

Stratégie nationale pour la sécurité du numérique
Stratégie nationale pour la sécurité du numérique

La numérisation de la société française s’accélère : la part du numérique dans les services, les produits, les métiers ne cesse de croître. Réussir la transition numérique est devenu un enjeu national. Vecteur d’innovation et de croissance, la numérisation présente aussi des risques pour l’état, les acteurs économiques et les citoyens. Cybercriminalité, espionnage, propagande, sabotage ou exploitation excessive de données personnelles menacent la confiance et la sécurité dans le numérique et appellent une réponse collective et coordonnée selon cinq objectifs stratégiques.

Publié le 17/04/2020PDF 3 MoTélécharger

L’État est à l’époque parti du constat que, s’il était plutôt en mesure de protéger ses propres infrastructures ou les infrastructures vitales du pays, il se devait d’apporter une réponse structurée aux autres composantes de la société, souvent désarmées face à une cybercriminalité en plein essor.

C’est de cette volonté qu’est né, en mars 2017, le GIP ACYMA, qui a piloté, en octobre 2017,  l’ouverture de la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr : le dispositif national de sensibilisation, prévention et d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance pour les particuliers, entreprises et collectivités territoriales (hors Opérateurs d’Importance Vitale et Opérateurs de Services Essentiels).

Qu’est-ce qu’un GIP ?

Un GIP est une structure légale permettant à des acteurs publics et privés de mettre en commun des moyens financiers et/ou opérationnels afin de répondre à une mission d’intérêt général. 

Un dispositif original porté par un partenariat public privé

Le GIP ACYMA regroupe des acteurs étatiques impliqués tels que l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) qui relève des services du Premier ministre, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice, le ministère de l’Économie et des Finances et le secrétariat d’État en charge du Numérique. À leurs côtés sont également rassemblés de nombreux acteurs de la société civile comme des associations de consommateurs ou d’aides aux victimes, des représentations professionnelles de type fédération ou syndicat, des assureurs, des opérateurs, des éditeurs…

En 2020, le groupement d’intérêt public est fort d’une quarantaine de membres.

Quels sont les avantages d’un partenariat public privé ?

Le succès de cette mission d’intérêt général nécessite une action coordonnée de la part de toutes les parties impliquées dans la sécurité numérique, soit l’État, à l’initiative du projet, mais également les acteurs privés. Outre leur soutien financier, ces membres renforcent et démultiplient les actions du dispositif grâce à leurs ressources, leurs compétences et leur expertise.

La création du GIP ACYMA en 6 dates clés

18 juin 2015
Annonce par le Premier ministre Manuel Valls de la mise en place d’un dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance lors de sa présentation de la Stratégie numérique du Gouvernement

16 octobre 2015
Confirmation par Manuel Valls de la mise en place d’un dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance lors de son intervention relative à la Stratégie nationale pour la sécurité du numérique. 

2016/2017
Incubation du projet par l’ANSSI en copilotage avec le ministère de l’Intérieur, et le soutien des ministères de la Justice, de l’Économie et des Finances, ainsi que le Secrétariat d’État en charge du Numérique.

Avril 2016
Mise en place d’une équipe de préfiguration au sein de l’ANSSI en co-pilotage avec le ministère d’Intérieur.

3 mars 2017
Constitution du Groupement d’Intérêt Public « Action contre la Cybermalveillance » (GIP ACYMA) afin de réunir autour du projet commun les acteurs publics et privés de la cybersécurité. 

17 octobre 2017 
Généralisation du dispositif sur l’ensemble du territoire national après une phase d’expérimentation de 4 mois sur la région des Hauts-de-France. 

2. Quel champ d’action ?

Le GIP ACYMA agit contre la cybermalveillance au sens large, sous toutes ses formes et manifestations, quels que soient les supports (ordinateurs, réseaux sociaux, tablettes…) et le public (particuliers, collectivités, entreprises…), tant qu’il y a une victime, et hors du périmètre d’intervention de l’ANSSI (opérateurs d’importance vitale, opérateurs de services essentiels).

3. Quelles sont les missions du GIP ?

Créé dans le but de lutter contre les actes de cybermalveillance, le GIP ACYMA mise sur une stratégie d’action articulée autour de trois axes clés :

  • 1. Assister les victimes d’actes de cybermalveillance

    grâce à la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, qui assure un service d’assistance en ligne aux victimes de cybermalveillance et une mise en relation avec des professionnels en sécurité numérique référencés sur l’ensemble du territoire.

  • 2. Informer et sensibiliser sur la sécurité numérique

    avec la réalisation de publications et de campagnes de sensibilisation et de prévention contre les cybermenaces, grâce à des contenus aux formats (vidéos, fiches, kit de sensibilisation, affiches, stickers, mémos…).

  • 3. Observer et anticiper le risque numérique

    grâce à la remontée et l’analyse de données d’utilisation, qui permet d’accroitre la connaissance de la menace numérique et ainsi adapter les actions d’assistance et de sensibilisation du dispositif Cybermalveillance.gouv.fr.

L’activité du GIP ACYMA en 5 opérations clés


1. Lancement de la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr 
Inauguré en 2017, le site assiste les victimes d’actes de cybermalveillance en proposant des conseils et/ou une mise en relation avec un professionnel en sécurité numérique de proximité susceptible de les assister techniquement. La plateforme propose également des contenus de prévention et de sensibilisation à la sécurité numérique. 
Deux années d’expérience qui ont permis une refonte du site en 2020 afin, notamment, de consolider les parcours victimes et d’ajuster au mieux les nouvelles modalités de mise en relation avec les professionnels en sécurité numérique.

2. Publication d’un kit de sensibilisation 
Fruit d’une collaboration entre une vingtaine de membres du GIP ACYMA, cet outil vise à sensibiliser les publics en leur partageant les bonnes pratiques en matière de sécurité numérique, que ce soit dans leurs usages professionnels ou personnels. En cas de cyberattaque, le kit permet également aux internautes de comprendre les faits dont ils ont été victimes afin de les assister au mieux et faciliter d’éventuelles démarches administratives. 
Un an après la sortie du 1er volet en 2018, le kit de sensibilisation fut enrichi avec cinq nouveaux thèmes (réseaux sociaux, mots de passe, mises à jour…) et quatre nouveaux formats (quizz, bande-dessinée, poster…), dans un graphisme totalement repensé et des contenus accessibles à tous. 

3. Diffusion de campagnes TV 
Réalisation de campagnes d’information en partenariat avec l’Institut National de la Consommation. À destination des télévisions, TNT, web TV et sites web, ces émissions Consomag et spots vidéo abordent des thématiques telles que les réseaux sociaux, les applications mobiles ou les achats en ligne.

4. Lancement de l’observatoire de la cybermalveillance
Grâce à la remontée des données d’utilisation des victimes par nos prestataires et leur qualification par nos experts, nous avons pu initier le lancement de l’observatoire du risque numérique en 2019.
Réalisé en collaboration avec certains de nos membres, ce groupe de travail a pour objectif d’établir à l’échelle nationale des observations sur la cybermalveillance. 

5. Mise en place du label ExpertCyber
Dans une démarche d’amélioration globale du niveau des professionnels en sécurité numérique, nous avons développé – en partenariat avec les principaux syndicats professionnels du secteur et le soutien de l’AFNOR – un label de qualité sur l’expertise numérique.
Il s’agit d’un label qui atteste d’un certain niveau de compétences techniques, de bonnes pratiques et de transparence dans l’accompagnement des victimes.

4. Comment fonctionne l’organisation ? 

Le GIP ACYMA est composé d’une quarantaine de membres – acteurs privés et publics – qui ont souhaité s’impliquer dans l’action du dispositif Cybermalveillance.gouv.fr et ainsi contribuer à l’accomplissement de sa mission d’intérêt général. 

Au sein du dispositif, les membres sont répartis en quatre collèges en fonction de leur domaine d’activité :

  • Les représentants de l’État : ministères, Secrétariat d’État…
  • Les utilisateurs : associations de consommateurs, de victimes, clubs d’utilisateurs et organisations professionnelles…  
  • Les prestataires : syndicats et fédérations professionnelles…
  • Les offreurs de solutions et de services : constructeurs, éditeurs, opérateurs, sociétés de services et  fondations…

Afin de coordonner les actions de ses membres, le GIP est composé d’une équipe d’agents mis à disposition par ses membres ou directement recrutés par la structure.

L’écosystème du GIP ACYMA, facteur clé de sa réussite

En tant que membre du GIP, les différentes entités jouent un rôle à la fois stratégique et opérationnel. Leur statut leur permet d’apporter une réelle plus-value au dispositif, au travers notamment de leur participation active à des groupes de travail sur des projets ciblés.

Une gouvernance partagée

La gouvernance d’ACYMA est régie par un Conseil d’administration et une Assemblée générale réunissant les membres afin de statuer sur le fonctionnement et la stratégie du dispositif Cybermalveillance.gouv.fr.