Cybermalveillance.gouv.fr Assistance et prévention du risque numérique

Les fausses offres d’emploi créées par des fraudeurs

Publié le 14 nov. 2019

arnaque pole emploi les arnaques réflexes en matière de sécurité au travail

338 Temps de lecture : 9 min

Certaines offres d’emplois diffusées sur Internet n’amènent pas à de vrais recrutements. Elles sont en apparence identiques à de véritables offres, le plus souvent très attractives pour les candidats, et respectent les réglementations légales en matière de droit du travail (durée du travail, rémunération, etc.).
Ces fausses offres d’emploi sont créées par des fraudeurs qui se font passer pour de vrais recruteurs en usurpant le nom d’une entreprise, son adresse, l’identité d’un salarié ou d’un responsable de l’entreprise, ou son numéro de SIRET.

But recherché

Soutirer de l’argent ou dérober des informations personnelles (données bancaires, numéro de sécurité sociale) pour en faire un usage frauduleux.

1. Fausses offres d’emploi : Quelles sont les mesures préventives ?

  • 1. Méfiez-vous d’une offre trop attractive,

    voire hors norme. N’hésitez pas à en parler à votre entourage ou un professionnel de l’emploi (Pôle emploi…).

  • 2. Méfiez-vous des annonces contenant des fautes d’orthographe ou qui demandent de répondre à une adresse de messagerie « publique ».

    Une grande entreprise vous adressera ainsi toujours un message émis depuis son nom de domaine (exemple : XX@pole-emploi.fr et non pas pole-emploi@XY.com).

  • 3. Ne transmettez jamais à un recruteur vos données personnelles

    (RIB, numéro de sécurité sociale, de compte ou de carte bancaire) tant que vous ne l’avez pas rencontré.

  • 4. Ne versez aucune somme d’argent à un employeur potentiel

    quel que soit le motif évoqué (contrat de travail potentiel ou suivi d’une formation préalable à l’embauche) et le mode de transfert (achat de cartes ou de coupons prépayés, virement express à l’international). 

  • 5. N’achetez jamais du matériel pour le compte de l’entreprise et n’acceptez jamais de recevoir un chèque ou un virement bancaire

    pour effectuer des achats nécessaires à votre prise de poste. 

  • 6. N’acceptez aucune rétribution de votre futur employeur

    tant que vous n’avez pas signé le contrat de travail.

  • 7. Assurez-vous de l’existence juridique (SIRET) de l’entreprise 

    à l’origine de l’offre d’emploi. 

  • 8. Soyez vigilant lorsqu’un recruteur vous contacte à un horaire atypique ou s’il ne peut vous rencontrer sous prétexte qu’il est à l’étranger. 

  • 9. Soyez attentif aux propos du recruteur

    en particulier lorsque par exemple, en cours d’entretien, il vous propose un poste différent de celui mentionné dans l’annonce. 

  • 10. Ne poursuivez pas la communication si vous doutez de l’honnêteté de votre interlocuteur. 

  • 11. Prenez le temps de lire avec attention tous les documents qui vous sont communiqués et n’apposez jamais votre signature sur un document sans savoir précisément ce à quoi vous vous engagez.

  • 12. N’encaissez jamais de chèques qui ne seraient pas de votre employeur.

    Même si le montant d’un chèque déposé à votre banque apparaît en crédit sur votre compte, la banque, une fois les vérifications réalisées (chèque volé…), a plusieurs semaines pour valider l’opération ou l’annuler en débitant votre compte du même montant.

  • 13. Tenez à jour votre antivirus et votre système d’exploitation.

2. Fausses offres d’emploi : Que faire si vous êtes victime ?

  1. En cas de doute, signalez les faits au ministère de l’intérieur sur sa plateforme internet-signalement.gouv.fr.

  2. Interrompez immédiatement toute relation avec le pseudo recruteur même si ce dernier se montre menaçant par message ou par téléphone.

  3. Si vous avez transmis des données personnelles (numéro de sécurité sociale…), informez-en l’organisme concerné (Sécurité sociale, Pôle emploi, Caisse d’Assurance Maladie).

  4. Si vous avez transmis des informations bancaires, informez-en votre banque et surveillez régulièrement les opérations sur votre compte bancaire.

  5. Informez immédiatement l’organisme dont l’identité a été usurpée ou le site d’emploi qui a diffusé l’annonce avec, si possible, son numéro de référence.

  6. Que vous soyez victime d’une tentative d’escroquerie, d’un vol de données personnelles ou d’une escroquerie financière, déposez plainte au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie, ou en écrivant au procureur de la République du tribunal de grande instance dont vous dépendez. Ce dépôt de plainte vous aidera dans vos futures démarches en cas d’usurpation de votre identité. Il est possible de déposer une pré-plainte en ligne. Pour qu’elle soit enregistrée comme une plainte, vous devrez cependant signer cette déclaration auprès d’une unité de gendarmerie ou un service de police de votre choix.
En fonction du cas d’espèce, les infractions suivantes peuvent être retenues :

Escroquerie (article 313-1 du code pénal) : l’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. L’escroquerie est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende.
Collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite (article 226-18 du code pénal) : le fait de collecter des données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende.
Usurpation d’identité (article 226-4-1 du code pénal) : le fait d’usurper l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende.
Cette infraction est punie des mêmes peines lorsqu’elle est commise sur un réseau de communication au public en ligne.

Fiche réflexe réalisée en partenariat avec :

pôle emploi

Avez-vous trouvé cette fiche intéressante ?

Laissez-nous un commentaire afin que nous puissions nous améliorer :

* le commentaire ne sera pas visible aux yeux de tous

Vous pensez être victime d'un acte de malveillance numérique ?

Lancer le diagnostic

Autres Fiches réflexes