Accéder au contenu Cybermalveillance.gouv.fr Assistance et prévention du risque numérique

Comment savoir si l’on est victime d’usurpation d’identité ?

Publié le 9 nov. 2019

65 Temps de lecture : 16 min

Les victimes d’usurpation d’identité le découvrent souvent a posteriori lorsqu’un ou des préjudices ont déjà été causés en leur nom. En effet, il n’est pas possible de savoir dans l’absolu si quelqu’un se fait passer pour vous tant que vous ne recevez pas un signal qui l’indique. Néanmoins, certains signes doivent alerter votre attention sur le fait que vous êtes peut-être victime d’une usurpation d’identité sur internet : activité suspecte sur votre compte bancaire, alertes de connexion inhabituelle, contact ou alerte d’un tiers…

Vous pensez être victime d’une usurpation d’identité
Notre dispositif conseille et oriente les victimes de cybermalveillance :  

Quels sont les principaux signaux permettant de détecter une usurpation d’identité ?

L’usurpation d’identité désigne l’utilisation d’informations personnelles permettant d’identifier une personne à son insu pour réaliser des actions frauduleuses. Cette cybermenace a souvent pour conséquence un préjudice moral et/ou financier. Toute information personnelle est susceptible d’intéresser un cybercriminel afin de pirater l’un de vos comptes en ligne et pouvoir se faire passer pour vous : nom, prénom, adresse postale, adresse email, photo de profil, identifiants de connexion, informations bancaires… En fonction des données subtilisées, le cybercriminel pourra par exemple se connecter à votre compte bancaire en ligne et envoyer un email à votre conseiller en votre nom pour lui demander de réaliser diverses opérations financières. 
Alors, comment savoir si l’on est victime d’usurpation d’identité sur internet ? Toute la difficulté de l’usurpation d’identité est de parvenir à réaliser rapidement que l’on en est victime. En effet, la plupart du temps, les personnes concernées en prennent conscience en découvrant de manière fortuite qu’elles sont victimes d’un préjudice. Pourtant, l’usurpation d’identité peut avoir des conséquences extrêmement lourdes pour la personne concernée, qui peut aller jusqu’à faire l’objet de poursuites judiciaires alors qu’elle est innocente. Si l’usurpation d’identité reste difficilement identifiable, certaines situations ou irrégularités doivent néanmoins vous alerter. 

Voici la liste des principaux signaux d’alerte auxquels vous devez faire attention :

1. Une activité suspecte sur vos comptes financiers

Si vous remarquez des opérations anormales sur vos relevés de compte bancaire (virements que vous n’avez pas effectués, transactions inexpliquées), une ouverture de compte en votre nom à votre insu ou une carte bancaire bloquée sans raison connue de votre part, contactez immédiatement votre établissement bancaire pour en savoir plus. En effet, l’un des principaux objectifs de l’usurpation d’identité sur internet est l’utilisation de vos informations bancaires à des fins frauduleuses. De manière générale, surveillez régulièrement l’activité de vos comptes bancaires, qui plus est si vous pensez vous être mis en danger en communiquant des données confidentielles ou si vous avez été victime d’une violation de données suite à une fuite de données.

2. Des activités suspectes concernant des prêts ou crédits 

Relances inattendues d’organismes de crédit, réception de nouveaux contrats de prêt dont vous n’êtes pas à l’origine, refus de crédit alors que vous êtes solvable, demande de remboursement d’un prêt que vous n’avez pas souscrit… Ces faits ne sont pas toujours la preuve d’une usurpation d’identité, mais ils doivent vous alerter. Un cybercriminel a peut-être subtilisé des informations confidentielles lui permettant de contracter des prêts ou crédits en votre nom. Vous pensez être victime d’une usurpation d’identité au crédit à la consommation ? Contactez la Banque de France pour signaler les faits et vérifier si des prêts n’ont pas été souscrits ou si un compte bancaire n’a pas été ouvert à votre insu. Consultez aussi le fichier central des chèques (FCC), celui des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) et le fichier national des comptes bancaires et assimilés (FICOBA) pour vérifier si des opérations frauduleuses n’ont pas été commises en votre nom.

3. Des relances, amendes, condamnations inattendues  

Comment savoir si l’on est victime d’usurpation d’identité ? Si vous recevez des relances d’agence de recouvrement pour des dossiers qui ne vous évoquent rien, des amendes non cohérentes avec votre activité ou encore des mises en demeure et assignations en justice pour des faits que vous n’avez pas commis, soyez en alerte et demandez-plus d’informations. Un criminel a peut-être usurpé votre identité en ligne. Attention néanmoins dans le cas des amendes pour non-respect du code de la route, vérifiez attentivement les informations (date, heure, localisation…) pour être certain que vous n’avez pas commis les infractions qui vous sont reprochées. 

4. Une activité anormale sur vos comptes en ligne

Messageries, réseaux sociaux… Vos comptes en ligne regorgent d’informations personnelles qui peuvent permettre d’usurper votre identité. Si vous remarquez que vous avez du mal à vous connecter à un ou plusieurs de vos comptes en ligne à la même période, méfiez-vous. Une fois en possession de vos identifiants de connexion, un cybercriminel peut en effet vous limiter voire bloquer l’accès à vos comptes par diverses méthodes.  

Sachez par ailleurs qu’il est parfois possible de vérifier l’historique des connexions à vos comptes en ligne directement depuis votre espace personnel. Cela vous permettra de vérifier qu’il n’y a pas d’appareils connectés à votre compte depuis des endroits inconnus, et si vous vous apercevez de la présence d’autres appareils connectés, de pouvoir supprimer leurs accès. 

S’il s’agit d’un compte de messagerie, vérifiez également qu’il n’y a pas d‘envoi de messages à votre insu en regardant dans les éléments envoyés et dans la corbeille de votre boîte mail. Par ailleurs, le fait de recevoir des messages d’interlocuteurs qui sont dans l’incompréhension peut également être interprété comme un signal si vous n’êtes pas à l’origine du message qu’ils ont reçu. Attention, ces vérifications ne peuvent pas garantir avec certitude que vous ne vous êtes pas fait usurper votre identité. En effet, certains cybercriminels paramètrent les boîtes mail de leurs victimes pour dissimuler les réponses des interlocuteurs interpellés, d’où l’importance de vérifier également les règles de filtrage et de redirection de votre messagerie. 

5. Des notifications de modifications d’informations personnelles 

Certains sites et services web vous envoient une notification par email ou par SMS lorsque les informations personnelles de votre compte en ligne ont été modifiées. Ainsi, si vous recevez des notifications vous alertant de la modification de vos données personnelles alors que vous n’en êtes pas à l’origine, méfiez-vous. Cela peut vouloir dire qu’un individu se fait passer pour vous auprès d’une entité et qu’il modifie vos informations personnelles à des fins frauduleuses. En cas de doute, contactez immédiatement l’entité concernée pour demander plus d’informations. 

6. Des alertes de connexion inhabituelles

Il peut également arriver que certains sites et services web vous envoient une notification d’alerte de connexion inhabituelle lorsque vous vous connectez à un compte via un nouvel appareil. Veillez toujours à vérifier le contenu du message d’alerte afin de vous assurer que l’appareil, le lieu, la date et l’heure de la connexion vous soient familiers. Si ce n’est pas le cas et que vous n’êtes pas à l’origine de l’activité détectée, cela peut vouloir dire que quelqu’un a piraté votre compte et se fait passer pour vous à votre insu. 

7. Une activité anormale sur vos comptes de réseaux sociaux

Un cybercriminel peut usurper l’identité d’une victime sur les réseaux sociaux en se connectant à son insu sur son compte Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat… Si vous remarquez des publications, des commentaires, des likes, des stories ou des messages réalisés en votre nom mais dont vous n’êtes pas l’auteur, il s’agit peut-être d’une usurpation d’identité numérique. 

La sécurité sur les réseaux sociaux en fiche mémo
La sécurité sur les réseaux sociaux en fiche mémo

Apprenez rapidement à protéger votre identité numérique sur les réseaux sociaux grâce à notre fiche mémo.

Publié le 08/04/2021PDF 169 KoTélécharger

8. De faux profils ou comptes à votre nom

Autre cas de figure, quelqu’un peut utiliser à votre insu vos informations personnelles – nom, photos, adresse… – pour créer un compte, un profil ou un blog sous votre identité. Pour faire une première vérification, vous pouvez taper votre nom dans un moteur de recherche afin de voir si vous apparaissez autrement que par le biais de votre propre activité en ligne dans les résultats proposés. Attention toutefois, si vous remarquez un compte, un profil ou un blog à votre nom que vous ne connaissez pas, vérifiez d’abord qu’il ne s’agit pas d’un homonyme avant de conclure qu’il s’agit d’une usurpation d’identité sur Facebook, d’une usurpation d’identité sur Instagram ou sur toute autre plateforme. Vous pouvez également faire une vérification avec votre photo de profil en chargeant l’image dans un moteur de recherche inversé (Google Images, TinEye…) ou en copiant directement l’adresse de l’image dans la barre de recherche. Le moteur de recherche affichera ensuite tous les sites qui utiliseraient publiquement cette photo. 

9. Une activité suspecte sur votre téléphone mobile

Une usurpation d’identité sur Internet peut également se manifester par une activité suspecte sur votre téléphone mobile. Appels fréquents d’un numéro que vous ne connaissez pas, réponses à des appels ou des SMS que vous n’avez jamais réalisés ou SMS d’interlocuteurs dans l’incompréhension, vous demandant qui vous êtes et que vous cessiez de les importuner… Ces situations inhabituelles doivent également vous alerter sur une possible usurpation d’identité numérique.

10. Des contacts incongrus 

De manière générale, si des gens vous contactent spontanément à propos de sujets que vous ne comprenez pas car vous n’en n’êtes pas l’auteur, c’est qu’un cybercriminel a peut-être usurpé votre identité. Par exemple, un proche qui vous contacte en s’étonnant que vous lui ayez demandé de l’argent ou même un inconnu qui vous appelle pour fixer un rendez-vous après avoir vu votre profil sur un site de rencontre. Si vous êtes confronté à cette situation, ne raccrochez pas immédiatement. En effet, il vaut mieux essayer de comprendre d’où vient le problème en discutant avec l’interlocuteur car les conséquences d’une usurpation peuvent s’avérer autrement plus importantes qu’un simple mail ou SMS. 

Qui contacter en cas d’usurpation d’identité sur internet ?

Si vous êtes victime d’usurpation d’identité au crédit à la consommation, ou que vous constatez que quelqu’un opère sur votre compte bancaire en ligne à votre insu ou encore que vous êtes victime d’une usurpation d’identité sur Facebook, il faut que vous déposiez plainte au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie dont vous dépendez. Vous pouvez également adresser votre plainte par écrit au procureur de la République du tribunal judiciaire dont vous dépendez en fournissant toutes les preuves en votre possession.

Si vous êtes un particulier, vous pouvez être accompagné gratuitement dans cette démarche par une association de France Victimes au 116 006 (appel et service gratuits), numéro d’aide aux victimes du ministère de la Justice. Service ouvert 7 jours sur 7 de 9h à 19h.

Besoin de conseils ?

En cas d’usurpation d’identité numérique, vous pouvez contacter le service Info Escroqueries du ministère de l’Intérieur au 0 805 805 817 (appel et service gratuits de 9h à 18h30 du lundi au vendredi). Ce service de la police nationale est chargé d’informer, de conseiller et d’orienter les personnes victimes d’une escroquerie, que vous soyez un particulier ou une entreprise.

Pour aller plus loin… 

Que faire en cas d’usurpation d’identité sur Facebook ou d’usurpation d’identité sur Instagram ? Comment signaler l’infraction au service concerné ? Que faire en cas de violation de données ? Il existe plusieurs recours possibles en cas  d’usurpation d’identité : déposer plainte, prévenir les organismes bancaires et financiers dont vous êtes client, faire annuler et renouveler vos pièces d’identité… Pour plus d’informations, retrouvez l’ensemble de nos conseils sur l’usurpation d’identité sur internet dans notre article dédié

A lire aussi
Piratage de compte, que faire ?
Piratage de compte, que faire ?
Lire la fiche