Accéder au contenu Cybermalveillance.gouv.fr Assistance et prévention du risque numérique

Recommandations de sécurité informatique pour le télétravail en situation de crise

Publié le 23 mars 2020

coronavirus sécurité télétravail télétravail

95575 Temps de lecture : 22 min

La situation de crise et de confinement liée à l’épidémie du CORONAVIRUS – COVID-19 engendre une intensification du recours au télétravail. Pour beaucoup d’employeurs et de collaborateurs, cette situation inédite et qui va s’inscrire dans la durée, n’avait pas été anticipée. Une mise en œuvre non-maîtrisée du télétravail peut augmenter considérablement les risques de sécurité pour les entreprises ou organisations qui y recourent. Elle peut même mettre en danger leur activité face à une cybercriminalité qui redouble d’efforts pour profiter de cette nouvelle opportunité.
En complément des mesures générales de vigilance cybersécurité publiées sur la crise du CORONAVIRUS – COVID-19, cet article décrit les conseils de Cybermalveillance.gouv.fr tant pour les collaborateurs que pour les employeurs afin de limiter les risques de sécurité informatique liés au télétravail.

État de la situation

La crise sanitaire mondiale du CORONAVIRUS – COVID-19 a nécessité la mise en place de mesures de confinement et de stricte limitation des déplacements aux seuls motifs indispensables. Face à cette situation exceptionnelle et inédite, les entreprises, associations, administrations ou collectivités qui en avaient la possibilité ont dû mettre en place le télétravail pour préserver au moins les activités essentielles que ce mode de fonctionnement peut permettre.

Certaines de ces organisations étaient déjà préparées au télétravail, mais pas pour y faire face de manière aussi massive et en s’inscrivant autant dans la durée.

Pour beaucoup d’autres organisations, la mise en place du télétravail a dû se faire dans l’urgence, voire elles ont dû l’initier « à distance » avec des collaborateurs confinés et sans réelle maîtrise des mesures de sécurité à mettre en place pour protéger de manière satisfaisante le système d’information de l’organisation.

Dans certains cas, et faute d’avoir pu déployer les moyens nécessaires, le télétravail s’opère même depuis les équipements personnels des collaborateurs, dont le niveau de sécurité ne peut pas être évalué et encore moins garanti.

Parallèlement, on peut observer dans cette crise du CORONAVIRUS – COVID-19 une intensification des activités de cybercriminels qui, comme dans toute situation exceptionnelle, cherchent à profiter de l’aubaine et des vulnérabilités induites.

Cette situation engendre une augmentation des risques de cybermalveillance pour les organisations qu’il est indispensable de juguler au mieux sous peine de dommages considérables.

Conseils généraux en situation de crise

Restez zen ! Dans toute situation de crise, il est indispensable de conserver son calme et de ne pas céder à la panique au risque de fausser son jugement et de prendre des décisions ou mesures inadaptées, potentiellement inefficaces, voire dangereuses pour l’organisation.
 
Prenez le temps de la réflexion ! La nécessaire réactivité dans ce type de situation ne doit pas signifier pour autant une précipitation excessive et inconsidérée. Évaluez au mieux les conséquences possibles de vos actions avant de les mettre en œuvre, en ayant conscience des risques induits.
 
Ne sacrifiez pas votre sécurité à l’efficacité ! Rechercher l’efficacité à tout prix peut engendrer de  problèmes de sécurité importants. Ne cédez pas à la facilité. Ayez conscience que la préservation, voire le renforcement, de votre sécurité, sont indispensables dans les situations difficiles.

Principaux risques et cybermenaces liés au télétravail

Avec l’intensification du télétravail, les cybercriminels vont chercher à mettre à profit la possible désorganisation et confusion des entreprises et organisations, ainsi que la dématérialisation des procédures qui en résulte, pour intensifier leurs attaques.
Les principales cyberattaques que l’ont peut envisager sont :

– L’hameçonnage (phishing) : Messages (email, SMS, chat…) visant à dérober des informations confidentielles (mots de passe, informations personnelles ou bancaires) en usurpant l’identité d’un tiers de confiance. Conséquences possibles : piratage de comptes professionnels de messagerie ou d’accès aux systèmes d’information de l’organisation, intrusion sur le réseau de l’entreprise, rançongiciels (ransomware), fraude aux faux ordres de virement… En savoir plus.

– Les rançongiciels (ransomware) : Attaque qui consiste à chiffrer ou empêcher l’accès aux données de l’entreprise et à généralement réclamer une rançon pour les libérer. Ce type d’attaque s’accompagne de plus en plus souvent d’un vol de données et d’une destruction préalables des sauvegardes. Ces attaques sont généralement rendues possibles par une intrusion sur le réseau de l’entreprise, soit par ses accès à distance, soit par la compromission de l’équipement d’un collaborateur. Conséquence : arrêt de l’activité de l’entreprise, perte de données… En savoir plus.

– Le vol de données : Attaque qui consiste à s’introduire sur le réseau de l’entreprise, ou sur ses hébergement externes (cloud), pour lui dérober des données afin de la faire « chanter », ou de les revendre, ou encore de les diffuser pour lui nuire. Comme pour les rançongiciels (cf. supra), ces attaques sont généralement possibles par une intrusion dans le réseau ou sur les systèmes hébergées de l’entreprise via ses accès à distance ou bien encore par la compromission du poste d’un collaborateur. Conséquences : atteinte à l’activité et à l’image de l’entreprise ou de l’organisation.

– Les faux ordres de virement (FOVI/BEC) : Escroquerie réalisée, parfois suite au piratage d’un compte de messagerie, par message et même téléphone, en usurpant l’identité d’un dirigeant ou d’un de ses mandataires, d’un fournisseur ou d’un prestataire, voire d’un collaborateur, pour demander un virement exceptionnel et confidentiel, ou un changement des coordonnées de règlement (RIB) d’une facture ou d’un salaire. Conséquence : perte financière pour l’entreprise ou l’organisation.

« Bien connaître les risques permet de mieux détecter les attaques et de comprendre l’intérêt des mesures de sécurité à appliquer. »

10 recommandations de sécurité pour les télétravailleurs

Vous êtes confinés et devez avoir recours au télétravail pour maintenir votre activité. Vous ne disposez parfois pas d’équipement professionnel pour télétravailler et devez le faire avec vos moyens informatiques personnels (ordinateur, tablette, téléphone, comptes de messagerie…).
Afin de préserver au mieux la sécurité de votre entreprise, appliquez les 10 recommandations suivantes :

  1. Si vous disposez d’équipements professionnels, séparez vos usages : Séparez bien vos usages professionnels et personnels au risque de les confondre et de générer des fautes de sécurité qui pourraient être préjudiciables à votre entreprise. L’activité professionnelle doit se faire sur vos moyens professionnels et seulement sur vos moyens professionnels et l’activité personnelle doit se faire seulement sur vos moyens personnels. En savoir plus.

  2. Appliquez strictement les consignes de sécurité de votre entreprise : Ces mesures de sécurité visent à protéger votre entreprise, donc votre activité. Si vous rencontrez des difficultés à appliquer les mesures prescrites, remontez l’information et demandez conseil à votre entreprise, mais ne les contournez pas de votre propre chef, car vous n’êtes probablement pas en mesure d’apprécier l’étendue des risques que vous pourriez prendre et faire prendre à votre entreprise

  3. Ne faites pas en télétravail ce que vous ne feriez pas au bureau : A fortiori sur vos équipements professionnels si vous en disposez. Ayez une utilisation responsable et vigilante de vos équipements et accès professionnels. Si vous utilisez vos moyens personnels en télétravail, ayez conscience que vos activités personnelles peuvent faire prendre un risque aussi à votre entreprise, redoublez donc d’attention et de prudence.

  4. Appliquez les mises à jour de sécurité sur tous vos équipements connectés (PC, tablettes, téléphones…) : Et ce dès qu’elles vous sont proposées afin de corriger les failles de sécurité qui pourraient être utilisées par des pirates pour s’y introduire et les utiliser pour attaquer le réseau de votre entreprise au travers de vos accès. En savoir plus.

  5. Vérifiez que vous utilisez bien un antivirus et scannez vos équipements : Vérifiez que tous vos équipements connectés (PC, téléphones, tablettes…) sont bien protégés par un antivirus, qu’il est bien à jour, et effectuez une analyse complète (scan) de vos matériels. Si un matériel ne peut avoir d’antivirus, évitez le plus possible de l’utiliser pour accéder au réseau de votre entreprise.

  6. Renforcez la sécurité de vos mots de passe : Utilisez des mots de passe suffisamment longs, complexes et différents sur tous les équipement et services auxquels vous accédez, qu’ils soient personnels ou professionnels. La majorité des attaques est due à des mots de passe trop simples ou réutilisés. Au moindre doute ou même en prévention, changez-les et activez la double authentification chaque fois que cela est possible. En savoir plus.

  7. Sécurisez votre connexion WiFi : Le télétravail s’opère en général principalement sur votre connexion WiFi personnelle. Il est donc primordial de bien la sécuriser pour éviter toute intrusion sur votre réseau qui pourrait être utilisée pour attaquer votre entreprise. Utilisez un mot de passe suffisamment long et complexe (voir plus haut) et assurez vous que vous utilisez bien le chiffrement de votre connexion en WPA2. Pensez également à mettre à jour régulièrement votre « box Internet » en la redémarrant ou depuis son interface d’administration.

  8. Sauvegardez régulièrement votre travail : La sauvegarde est le seul moyen permettant de retrouver ses données en cas de cyberattaques, mais également en cas de panne ou de perte de son équipement. Si vous en avez la possibilité, sauvegardez régulièrement votre travail sur le réseau de l’entreprise ou les moyens qu’elle met à disposition à cet effet, mais aussi sur un support externe à votre équipement (clé ou disque USB) que vous débranchez une fois la sauvegarde effectuée. En savoir plus.

  9. Méfiez-vous des messages inattendus : Que ce soit par messagerie (email, SMS, chat…) en cas de message inattendu ou alarmiste, demandez toujours confirmation à l’émetteur par un autre moyen. Il peut s’agir d’une attaque par hameçonnage (phishing) visant à vous dérober des informations confidentielles (mots de passe), de l’envoi d’un virus par pièce-jointe ou d’un lien qui vous attirerait sur un site piégé, ou encore d’une tentative d’arnaque aux faux ordres de virement (voir menaces supra).

  10. N’installez vos applications que dans un cadre « officiel » et évitez les sites suspects : Sur vos équipements professionnels, n’installez de nouvelles applications qu’après l’accord de votre support informatique. Sur vos équipements personnels utilisés en télétravail, n’installez des applications que depuis les sites ou magasins officiels des éditeurs (exemple : Apple App Store,Google Play Store) pour limiter les risques d’installation d’une application piégée pour pirater votre équipement. De même, évitez les sites Internet suspects ou frauduleux (téléchargement, vidéo, streaming illégaux) qui pourraient également piéger vos équipements.

12 recommandations de sécurité liées au télétravail pour les employeurs

Pour faire face à la crise et au confinement imposé par l’épidémie du CORONAVIRUS – COVID-19 les employeurs, entreprises, associations, administrations, collectivités se sont vues devoir mettre en place ou développer dans l’urgence le télétravail pour maintenir, au moins a minima,  leurs activités essentielles. L’ouverture vers l’extérieur du système d’information de l’entreprise peut engendrer des risques sérieux de sécurité qui pourraient mettre à mal l’entreprise, voire engager sa survie en cas de cyberattaque.
Voici 12 recommandations à mettre en œuvre pour limiter au mieux les risques :

  1. Définissez et mettez en œuvre une politique d’équipement des télétravailleurs : Privilégiez autant que possible pour le télétravail l’utilisation de moyens mis à disposition, sécurisés et maîtrisés par l’entreprise. Lorsque ce n’est pas possible, donnez des directives d’utilisation et de sécurisation claires aux employés en ayant conscience que leurs équipements personnels ne pourront jamais avoir un niveau de sécurité vérifiable (voire sont peut être déjà compromis par leur usage personnel).

  2. Maîtrisez vos accès extérieurs : Limitez l’ouverture de vos accès extérieurs ou distants (RDP) aux seules personnes et services indispensables, et filtrer strictement ces accès sur votre pare-feu. Cloisonnez les systèmes pour lesquels un accès à distance n’est pas nécessaire pour les préserver, surtout s’ils revêtent un caractère sensible pour l’activité de l’entreprise.

  3. Sécurisez vos accès extérieurs : Systématisez les connexions sécurisées à vos infrastructures par l’emploi d’un « VPN » (Virtual Private Network ou « réseau privé virtuel » en français). Outre le chiffrement de vos connexions extérieures, ces dispositifs permettent également de renforcer la sécurité de vos accès distants en les limitant aux seuls équipements authentifiés. La mise en place sur ces connexions VPN d’une double authentification sera également à privilégier pour se prémunir de toute usurpation.

  4. Renforcez votre politique de gestion des mots de passe : Qu’il s’agisse des mots de passe des utilisateurs en télétravail, mais aussi de ceux en charge du support informatique, les mots de passe doivent être suffisamment longs, complexes et uniques sur chaque équipement ou service utilisé. La majorité des attaques est due à des mots de passe trop simples ou réutilisés. Au moindre doute ou même en prévention, changez-les et activez la double authentification chaque fois que cela est possible. En savoir plus.

  5. Ayez une politique stricte de déploiement des mises à jour de sécurité : Et ce, dès qu’elles sont disponibles et sur tous les équipements accessibles de votre système d’information (postes nomades, de bureau, tablettes, smartphones, serveurs, équipements réseaux ou de sécurité…) car les cybercriminels mettent peu de temps à exploiter les failles lorsqu’ils en ont connaissance. Un défaut de mise à jour d’un équipement est souvent la cause d’une intrusion dans le réseau des entreprises. En savoir plus.

  6. Durcissez la sauvegarde de vos données et activités : Les sauvegardes seront parfois le seul moyen pour l’entreprise de recouvrer ses données suite à une cyberattaque. Les sauvegardes doivent être réalisées et testées régulièrement pour s’assurer qu’elles fonctionnent. Des sauvegardes déconnectées sont souvent indispensables pour faire face à une attaque destructrice par rançongiciel (ransomware). En outre, il convient également de s’assurer du niveau de sauvegarde de ses hébergements externes (cloud, site Internet d’entreprise, service de messagerie…) pour s’assurer que le service souscrit est bien en adéquation avec les risques encourus par l’entreprise. En savoir plus.

  7. Utilisez des solutions antivirales professionnelles : Les solutions antivirales professionnelles permettent de protéger les entreprises de la plupart des attaques virales connues, mais également parfois des messages d’hameçonnage (phishing), voire de certains rançongiciels (ransomware). Utiliser des solutions différentes pour la protection des infrastructures et pour les terminaux peut s’avérer très complémentaire et donc démultiplier l’efficacité de la protection dans un principe de défense en profondeur.

  8. Mettez en place une journalisation de l’activité de tous vos équipements d’infrastructure : Ayez une journalisation systématique et d’une durée de rétention suffisamment longue de tous les accès et activités de vos équipements d’infrastructure (serveurs, pare-feu, proxy…), voire des postes de travail. Cette journalisation sera souvent le seul moyen de pouvoir comprendre comment a pu se produire une cyberattaque et donc de pouvoir y remédier, ainsi que d’évaluer l’étendue de l’attaque.

  9. Supervisez l’activité de vos accès externes et systèmes sensibles : Cette supervision doit vous permettre de pouvoir détecter toute activité anormale qui pourrait être le signe d’une cyberattaque, tels une connexion suspecte d’un utilisateur inconnu, ou d’un utilisateur connu en dehors de ses horaires habituels, ou encore un volume inhabituel de téléchargement d’informations…

  10. Sensibilisez et apportez un soutien réactif à vos collaborateurs en télétravail : Donnez aux télétravailleurs des consignes claires sur ce qu’ils peuvent faire ou ne pas faire et sensibilisez les aux risques de sécurité liés au télétravail. Cela doit se faire avec pédagogie pour vous assurer de leur adhésion et donc de l’efficacité des consignes. Les utilisateurs sont souvent le premier rempart pour éviter, voire détecter les cyberattaques. Utilisez au besoin nos supports et notre kit de sensibilisation ou encore les recommandations aux télétravailleurs décrites supra. Ces utilisateurs coupés de leur entreprise ont également besoin d’un soutien de qualité et réactif pour éviter toute dérive.

  11. Préparez-vous à affronter une cyberattaque : L’actualité démontre qu’aucune organisation, quelle que soit sa taille, n’est à l’abri d’une cyberattaque. Il faut donc admettre que cela n’arrive pas qu’aux autres. La question n’est donc plus de savoir si on va être victime d’une cyberattaque, mais quand on le sera. Il faut donc s’y préparer. L’évaluation des scénarios d’attaques possibles (cf. menaces supra) permet d’anticiper les mesures à prendre pour s’en protéger et de définir également la conduite à tenir pour réagir quand elle surviendra : plans de crise et de communication, contractualisation avec des prestataires spécialisés pour recourir à leur assistance…

  12. Dirigeants : impliquez-vous et montrez l’exemple ! La sécurité est toujours une contrainte qu’il faut accepter à la mesure des enjeux qui peuvent s’avérer vitaux pour les entreprises. L’implication et l’adhésion des dirigeants aux mesures de sécurité est indispensable, tout comme leur comportement qui doit se vouloir exemplaire afin de s’assurer de l’adhésion des collaborateurs.
Pour en savoir plus (Professionnels) :

Recommandations sur le nomadisme numérique par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI)

Retrouvez ces recommandations en infographies.
Téléchargez le kit complet ou choisissez les sujets et supports à l’unité :
les principaux risques et cybermenaces liés au télétravail
6 recommandations de sécurité liées au télétravail pour les employeurs (1/2)
6 recommandations de sécurité liées au télétravail pour les employeurs (2/2)
5 recommandations de sécurité pour les télétravailleurs (1/2)
5 recommandations de sécurité pour les télétravailleurs (2/2)

N’hésitez pas à les relayer !

Cybermenaces télétravail
A lire aussi
CORONAVIRUS – COVID-19 : Appel au renforcement des mesures de vigilance cybersécurité
CORONAVIRUS – COVID-19 : Appel au renforcement des mesures de vigilance cybersécurité
Voir l’actualité